Header background

A R C H I V E S

une vie, un travail, une passion...

30 ans de Musique de Film

En 1998, les Editions EMI Music France décident de produire, sous le label Odéon, une large rétrospective des musiques de films français de Georges Delerue. Vaste programme ! Outre le coût énorme qu’aurait été un réenregistrement, le compositeur n’était plus là pour diriger l’orchestre et superviser cette production. Il fallait donc utiliser les enregistrements existants, dispersés dans les caves de plusieurs éditeurs et dans celle du compositeur.

Mener à bien cette entreprise n’était pas une mince affaire mais l’homme de la situation était là en la personne de Stéphane Lerouge, vorace cinéphile passionné de bandes originales, à la mémoire impressionnante, d’une ténacité à toute épreuve et qui n’en était pas à son premier essai. La réussite de ces albums, tant sur le plan de la conception musicale que dans celle du magnifique livret les accompagnant, doit beaucoup à cet homme de l’ombre. A la recherche des bandes originales choisies, dans un véritable parcours du combattant, il découvrit des manques, des disparitions dues à des négligences, parfois aussi des originaux en si mauvais état qu’ils étaient inutilisables.

odeon-cdCes deux CDs sont donc faits d’éléments disparates – bandes originales plus ou moins bien conservées, 33 et 45 tours vinyle ancestraux aux qualités techniques prêtant à sourire à notre époque et que seuls possèdent maintenant des collectionneurs – mais qui, dans la continuité, confèrent à l’ensemble une vie émouvante reflétant le temps écoulé.

Des envoutabtes cordes du Mépris aux triomphantes envolées panachées de Cartouche, de l’intimiste Chère Louise à l’inquiétant Malpertuis, de l’hymne au cinéma qu’est le grand choral de La Nuit Américaine au drame de Dien Bien Phù, c’est un grand voyage jubilatoire que nous offre le compositeur.

Voyage unique au cours duquel on découvre grâce à une heureuse incursion dans la télévision, le générique des Rois Maudits de 1973 dans sa longueur intégrale et par un détour vers la radio, celui jazzy/Bachien de Radioscopie, émission quotidienne très attendue d’un jeune Jacques Chancel.

Ces albums très denses, équivalent français des London Sessions américains, mettent en lumière la grande richesse musicale des œuvres qui rassemblées dans ce vaste éventail, nous livrent l’ardeur de vivre qui habitait Georges Delerue.


Odéon 493538-2


Disque 1

1. Ouverture (01:51) Le mépris
2. Camille (02:28) Le mépris
3. Charlie (générique) (01:42) Tirez sur le pianiste
4. Trois petites notes de musique (04:05) Une aussi longue absence (Cora Vaucaire)
5. Générique (02:16) Cartouche
6. Vacances (02:44) Jules et Jim
7. Mort de Thomas (03:46) L’insoumis
8. Thème principal (02:08) Cent mille dollars au soleil
9. Les Appalaches (02:54) L’aîné des Ferchaux
10. Générique (02:54) Jacquou le croquant
11. Générique (01:41) Les tribulations d’un chinois en Chine
12. Valse tordue (02:08) Le roi de coeur
13. Retour à l’asile (01:05) Le roi de coeur
14. Générique (01:31) Thibaud ou les croisades
15. Adagio (03:11) Compte à rebours
16. Les taureaux (03:14) Love
17. Thème (03:26) La petite vertu
18. Les adieux (02:13) Le vieil homme et l’enfant
19. Générique (01:24) Malpertuis
20. Alice et Jeanne (01:42) Malpertuis
21. Générique (01:47) Le diable par la queue
22. Thème de Jeanne (03:06) Le diable par la queue
23. Must it happen once to everyone (03:20) Interlude
24. Thème (01:50) Le jour du dauphin
25. Générique (03:00) Les caprices de Marie
26. Final (02:18) L’Incorrigible
27. Valse de l’hiberné et final (02:15) Hibernatus
28. D’où venons-nous ? (05:08) La vie de Paul Gauguin
29. Grand choral (02:21) La nuit américaine

Disque 2

1. Final (02:02) Le dernier métro
2. Générique (02:31) Les rois maudits
3. Chantal Martineau (02:05) Garde à vue
4. Générique (03:14) Police Python 357
5. Elle (01:35) L’été meurtrier
6. Générique (01:47) Une belle fille comme moi
7. Thème principal (02:54) Chère Louise
8. Luigi (02:30) Chère Louise
9. Heureux qui comme Ulysse (02:13) (Georges Brassens)
10. Lamento (03:35) Heureux qui comme Ulysse
11. Indicatif (02:29) Radioscopie
12. Ballade dérisoire (01:37) L’important, c’est d’aimer
13. Largo (01:26) L’important, c’est d’aimer
14. Grande valse (Final « The Brain ») (02:23)
15. Thème (03:03) Le jeu du solitaire
16. Choc (01:25) Quelque part quelqu’un
17. Apaisement (02:14) Quelque part quelqu’un
18. Ballade pour guitare (01:09) La femme de Jean
19. Cartes postales (02:24) Jamais plus toujours
20. Anne et Claude au musée (02:27) Les deux anglaises et le continent
21. Une petite île (01:32) Les deux anglaises et le continent
22. Les joies du maquis (02:34) Calmos
23. La passante (01:34) La passante du Sans-Souci
24. Sans-souci (02:19) La passante du Sans-Souci
25. Thème principal (03:11) I love you, je t’aime
26. Générique de fin (03:32) Un homme amoureux
27. La confession de Lola (03:49) Descente aux enfers
28. Concerto de l’adieu (09:50) Dien Bien Phu

Comments ( 0 )

    Laisser un commentaire

    Footer background

    Contact

    Yay! Message sent. Error! Please validate your fields.
    Clear
    © 2006-2017 "VIBRATION" site officiel de Georges Delerue

    Colette Delerue / Pascal Dupont / Jeannot Boever

    © Photos d'Alain Marouani

    Georges Delerue